Le Tata de Chasselay

Le Tata de Chasselay

Le tata de Chasselay : nécropole nationale de chasselay

Il y a 77 ans, le 20 juin 1940, l’horreur culminait sur le front des Alpes, à Chasselay, près de Lyon. 188 Africains du 25ème régiment de tirailleurs sénégalais furent massacrés par les troupes d’Hitler. Ces soldats africains furent enterrés dans le Tata de Chasselay. L'assassinat des tirailleurs sénégalais est le résultat concret des théories racistes du régime nazi.

A l'issue d'une deuxième bataille, au château du Plantin, les prisonniers (environ 70), furent divisés en deux groupes, d'un côté les soldats Français blancs et de l'autre les Sénégalais noirs. Après avoir parcouru deux kilomètres à pied, les soldats Français couchés dans l'herbe, le long d'un pré, assistèrent au massacre des soldats Sénégalais par des mitrailleuses et pour certains écrasés par des chars d'assaut Allemands. Les Français furent emprisonnés à Lyon. Les habitants de Chasselay, horrifiés par le massacre, enterrèrent les corps des Sénégalais dans un cimetière, érigé par Jean Marchiani et inauguré le 8 novembre 1942.

A Chasselay, dans le lieu dit "vide-sac", reposent 188 tirailleurs sénégalais morts en juin 40.

En Wolof, "Tata", signifie "enceinte de terre sacrée", où sont enterrés les guerriers morts au combat...

 

 

         

Le Tata de chasselay