Henrietta Lacks, la femme aux cellules immortelles

Henrietta Lacks, la femme aux cellules immortelles

 Henrietta Lacks est une Afro-américaine née en 1920 en Virginie. Quatre générations plus tôt, ses ancêtres étaient des esclaves et travaillaient dans les champs de coton.

A l'âge de 30 ans, on lui diagnostique un cancer du col de l'utérus. Pendant son traitement, des médecins lui prélèvent à son insu et sans son consentement un échantillon de ses cellules cancéreuses pour des travaux de recherche.

Henrietta Lacks meurt de son cancer le 4 octobre 1951, à l'âge de 31 ans, dans le pavillon de l'hôpital où étaient soignés les noirs laissant 5 enfants derrière elle. Les cellules d'Henrietta étaient particulières, se reproduisant très rapidement. Elles devinrent ainsi les premières cellules humaines immortelles cultivées en laboratoire.

Cette lignée cellulaire fut appelée la lignée HeLa pour Henrietta Lacks et est à l'heure actuelle la lignée standard pour toutes les études de cancérologie et de biologie cellulaire effectuées sur des cellules humaines. Tous les scientifiques travaillent donc avec les cellules issues de son corps. Elles ont été achetées, vendues, emballées et expédiées par milliard aux laboratoires du monde entier. Ses cellules sont à l'origine de certaines percées médicales les plus importantes du 20ème siècles : la grippe, l'herpès, la leucémie et la maladie de Parkinson.

Les cellules d'Henrietta Lacks pèsent plus de 150 millions de tonnes alignées bout à bout. Ses cellules ont été utilisées dans le cadre de projets de recherche sur les gènes responsables du cancer. Elles ont contribué à mettre au point des médicaments pour traiter : la vaccin contre la polio, la chimiothérapie, la fécondation in vitro, le séquençage génétique, le clonage et beaucoup d'autres.

Les cellules HeLa font l'objet de plus de 11 000 brevets à travers le monde. Aujourd'hui encore, chercheurs et médecins poursuivent des études dans lesquelles ses cellules jouent un rôle majeur. Des entreprises se sont fortement enrichies grâce aux cellules ayant causées la mort de cette femme enterrée sans même une pierre tombale. Sa famille n'a jamais perçu le moindre centime de ce commerce. Cette femme, a contribué sans le savoir au plus grand moment de l'histoire de la médecine.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire le livre de Rebecca Skloot " La vie immortelle d'Henrietta Lacks".

 

Pour en savoir davantage, retrouver en exlusivité le film sur la vie d'Henrietta Lacks avec Ophrah Winfrey.

 

 

Henrietta Lacks (1920-1951)



1 thought on “Henrietta Lacks, la femme aux cellules immortelles”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *